Aujourd'hui ce sont vingt-trois communes qui font toute la richesse et le force de notre destination. De la campagne à la ville, chez nous il n'y a qu'un pas à faire !

 

Ardentes Ardentes

L’église romane Saint-Martin (XIIIe siècle) dont l’édification est liée à celle de l’abbaye bénédictine de Déols au XIe siècle, est classée au titre des monuments historiques. En traversant l’Indre après une promenade le long du chemin blanc, propice à la balade ou à la pêche, on admirera sur l’autre rive l’église Saint-Vincent, de style gothique (XVe siècle) et son clocher du XIXe siècle.


ArthonArthon

L’église Saint-Martin (XIIe siècle), située dans le bourg d’Arthon, renferme une dalle funéraire du XVe siècle et des fresques contemporaines. Par ailleurs, dans l’une des clairières de la forêt domaniale de Châteauroux, s’élève la chapelle Notre-Dame du Chêne (XIXe siècle), lieu de pèlerinage.

Gilles ColosioCoings

L’église Saint-Paul et Saint-Pierre a été édifiée au début des années 1820 afin de réunir les deux paroisses présentes sur la commune. On peut notamment y admirer les statues en bois polychrome des deux saints ainsi qu’une fresque représentant leurs martyrs respectifs. Les amoureux de la pêche et les promeneurs apprécieront par ailleurs le charme de l’étang de Coings.


Chézelles

En suivant le cours de la Trégonce, le promeneur est invité à profiter d’une balade bucolique à travers le temps. Autrefois desservi par la voie romaine reliant Levroux à Mehun-sur-Indre, le bourg de ce petit village niché au cœur de la campagne berrichonne a su préserver de richesses gallo-romaines telles les trésors numismatiques dévoilés au fil des siècles et les deux sépultures.

L’église conserve des vestiges datant du XIIe siècle eux-mêmes bâtis sur des fondations du Xe ou XIe siècle. De l’époque médiévale, seules les traces du donjon carré ont longtemps survécu avant de disparaître au cours des années 1980.


Abbaye Notre-Dame de DéolsDéols

Sur les rives de l’Indre, au nord de Châteauroux s’élèvent les vestiges de l’abbaye bénédictine de Notre-Dame de Déols fondée en 917. Classée au titre des sites clunisiens, elle fut l’une des plus grandes églises romanes de France. + d’informations ici

À proximité du site de l’abbaye, l’église Saint-Étienne a conservé sa façade romane, son clocher du XVIe siècle et sa nef du XIIe siècle. Elle accueille deux cryptes du IVe siècle contenant les tombeaux de Saint-Léocade et de Saint-Ludre, magnifiquement sculptés.

Enfin, la porte de l’horloge avec ses deux tours et sa couronne de mâchicoulis ainsi que la porte du pont Perrin rappellent l’existence de l’enceinte fortifiée.


Diors
Diors

On s’arrêtera devant la chapelle Notre-Dame des Ailes (XIXe siècle), dédiée à la Vierge. On admirera également les restes d’un château du XIIIe siècle malheureusement presque entièrement détruit en 1944 lors d’un bombardement américain effectué par erreur.


Étrechet

Étrechet

L’église Saint-Pierre date de 1839 et remplace l’église initiale, détruite durant la Révolution française.

Mairie d’Étrechet


Jeu-les-BoisJeu-les-Bois

L’église romane Saint-Maximin date du XVe siècle. On admirera les très jolies verrières ainsi que les clés de voûte, l’une d’elles étant ornée du blason des Chauvigny.

Mairie de Jeu-les-Bois


La Chapelle Orthemale

Les beautés naturelles de la Champagne berrichonne se retrouvent au cœur de ce charmant petit village agricole situé aux portes de la Brenne. Les artimaliens sont riches d’une histoire remontant à l’époque mérovingienne et possèdent sur leurs terres une très jolie petite église romane du XIIe siècle dédiée à la Vierge Marie. Bâti sans doute au XVe siècle, le château a su conserver son charme d’antan avec son corps de logis flanqué de trois tourelles.


Étang Duris - Luant
Luant

Porte d’entrée du Parc Naturel Régional de la Brenne, Luant vous accueille au pays des mille étangs. Lieu de pêche et de promenade incontournable sur le territoire, l’étang Duris offre ainsi un cadre naturel d’exception qui ravira promeneurs et pêcheurs.

Située en cœur de ville, l’église Saint Jean-Baptiste (XVe siècle) a malheureusement subi les affres du temps et de la Révolution française. Elle a été reconstruite au cours du XIXe siècle. La chapelle latérale, d’origine, présente une porte à accolade surmontée d’un écu martelé et des stalles en chêne (sièges en bois dans le chœur réservés au clergé) datant du XVIe siècle.

Mâron

Mâron

Le bourg de Mâron est situé sur l’ancienne voie gallo-romaine qui conduisait d’Argentomagus (Saint-Marcel) à Avaricium (Bourges). Au cœur de ce charmant village, on admirera l’église Saint-Pierre (XIIIe siècle) ainsi que les extérieurs d’un château du Moyen-âge.

Mairie de Mâron


MontierchaumeMontierchaume

La sacristie de l’église Saint-Maurice (XIIIe siècle) est ornée d’une statue en bois du XVe siècle, classée au titre des monuments historiques et rappelant la fondation du village. Des vestiges de l’ancien monastère subsistent encore, notamment au niveau du chœur de l’église où l’on peut admirer des fresques polychromes rappelant l’origine monastique de la paroisse et des chapiteaux richement décorés, copies de ceux de l’abbaye bénédictine Notre-Dame de Déols (dont il ne subsiste plus que des vestiges).


Niherne

Les rives de l’Indre regorgent d’endroits secrets dont les mystères se révèlent au détour de chemins tranquilles et de balades paisibles. La source de la Demoiselle à la Saura est de ces lieux chargés d’histoire entrés dans la légende. Cette dernière ne dit-elle pas que c’est là que se rencontrent les amoureux de Niherne ?

En ces terres verdoyantes, les étangs Renard et de la Sablière feront pour leur part la joie des pêcheurs qui pourront s’adonner à leur passion. Des vestiges du paléolithique révélés à Parçay et Vaux à l’église romane Saint-Sulpice du XIIe siècle sans oublier le prieuré de Surins datant de 1050, Niherne et ses environs s’ouvrent à vous telles les pages d’un livre d’histoire.


Saint-Lactencin

Les origines étymologiques du vocable de ce charmant petit village de Champagne berrichonne restent un mystère. Il n’existe en effet aucun saint de ce nom ! La paroisse est d’ailleurs dédiée à Saint-Clément. Si elle relevait autrefois de l’abbaye de Saint-Gildas à Châteauroux, l’église du XIe siècle semble pourtant s’être inspirée de l’architecture de celle de Déols. La magnifique tour carrée n’est en effet pas sans rappeler l’unique clocher subsistant du site clunisien.


Forêt domaniale - Le PoinçonnetLe Poinçonnet

À Lourouer-les-Bois, on admirera le clocher d’une ancienne église (XIIe siècle) remontant aux origines de la commune du Poinçonnet.

Dans la forêt domaniale, se trouvait autrefois le château de la Mothe dont il ne reste aujourd’hui que deux grands fossés rappelant les anciennes douves qui entouraient autrefois le village et le donjon médiéval. Au cours d’une promenade en forêt on pourra découvrir les ruines de l’abbaye de l’ordre de Grandmont (XIIIe siècle) et flâner du côté des étangs de Berthommiers et des Deux Frères, gageures des efforts des moines pour aménager leur cadre de vie.

Saint-Maur

Saint-Maur

Dans ce charmant bourg situé au cœur d’un écrin de verdure se dresse l’église dédiée à Saint-Maur (XIIe et XIIIe siècles), ornée d’un cadran solaire et à l’intérieur de laquelle sont conservées les reliques du saint. Au cours d’une promenade on admirera aussi de belles maisons de maîtres et des châteaux du XVIe siècle. On s’arrêtera au château des Planches (XIXe siècle) pour profiter de son magnifique parc ouvrant sur la Vallée d’Ebbes ou encore, à proximité, au château de Laleuf, qui fut propriété du général Bertrand, un proche de Napoléon Ier. On ne manquera pas également la ferme fortifiée et l’étang de Grandeffe (en direction de Luant) ou les sources de la Demoiselle, route de Niherne.

Sur l’ancienne commune de Villers-les-Ormes, au lieu-dit « Le Treuillaud », on admirera les corps de logis des XV, XVIII et XIXe siècles. Dans le bourg, on s’arrêtera devant l’église Saint-Laurent, reconstruite sur les fondations d’un édifice dont les origines pourraient remonter au temps des Capétiens. Laissée à l’abandon, vendue puis transformée en grange à la fin du XVIIIe siècle, l’église renaît de ses cendres à la fin du XIXe siècle.

Sassierges-Saint-Germain

Sassierges-Saint-Germain

L’église Saint-Germain (XIIe siècle) est classée au titre des monuments historiques. Elle possède un clocher couvet de bardeaux (ou tuiles) de châtaignier ainsi qu’un joli portail ouvragé avec quatre chapiteaux rappelant la statuaire de l’abbaye bénédictine Notre-Dame de Déols. Non loin de la ville, on profitera aussi du cadre enchanteur de la fontaine du Liennet.


Villedieu-sur-Indre

Située sur la rive droite de l’Indre, Villedieu-sur-Indre porte en elle les vestiges d’un passé historique d’une vibrante diversité, étroitement lié à celui de Châteauroux et Déols. C’est ainsi à Raoul le Large, seigneur de Déols et fondateur du château éponyme à l’origine de la cité castelroussine, que l’on doit la construction au Xe siècle de l’église Saint-Sébastien. Au siècle suivant, l’un de ses descendants reçoit la terre de Villedieu et y construit un château qui est rasé deux siècles plus tard puis reconstruit dix ans après. Aujourd’hui il n’en reste malheureusement que quelques vestiges qui se laissent admirer depuis le golf du Val de l’Indre.